Vues de dunkerque nord (france)

vkvg
Le département a été créé à la Révolution française, le 4 mars 1790 en application de la loi du 22 décembre 1789, à partir des provinces de Flandre, de Hainaut et de Cambrésis, avec pour chef-lieu Douai. Il comportait alors huit districts : Avesnes, Bergues, Cambrai, Douai, Hazebrouck, Lille, Le Quesnoy et Valenciennes. En 1800, les districts devinrent des arrondissements et leur nombre fut ramené à six : Avesnes, Bergues, Cambrai, Cassel, Douai et Lille. En 1803, le chef-lieu du département fut déplacé de Douai à Lille. Le p'tit quinquin (l'canchon dormoire) paroles et musique : alexandre desrousseaux (1853) {Refrain:} Dors, Min p'tit quinquin, Min p'tit pouchin, Min gros rojin Te m'fras du chagrin Si te n'dors point ch'qu'à d'main" Ainsi, l'aut' jour eun' pauv' dintellière, In amiclotant sin p'tit garchon Qui d'puis tros quarts d'heure, n'faijot qu'braire? Tâchot d'linformir par eun' canchon Ell' li dijot : Min Narcisse, D'main, t'aras du pain n'épice Du chuc à gogo Si t'es sache et qu'te fais dodo ! {au Refrain} Et si te m'laiche faire eun'bonn'semaine J'irai dégager tin biau sarrau, Tin pantalon d'drap, tin giliet d'laine... Comme un p'tit milord te s'ras farau ! J't'acat'rai, l'jour de l'ducasse Un porichinell' cocasse, Un turlututu, Pour jouer l'air du capiau-pointu... {au Refrain} Nous irons dins l'cour Jeannette-à-Vaques Vir les marionnett's. Comme te riras, Quand t'intindras dire : "Un doup pou' Jacques !" Pa' l'porichinell' qui parl' magas Te li mettras din s'menotte, Au lieu d' doupe, un rond d'carotte ! It' dira merci !... Pins' comme nous arons du plaisir !... {au Refrain} Et si par hasard sin maite s'fâche, Ch'est alors Narcisse, que nous rirons ! Sans n'n'avoir invi', j'prindrai m'n air mache J'li dirai sin nom et ses surnoms, J'li dirai des faribolles I m'in répondra des drôles Infin un chacun Verra deux pestac' au lieu d'un {au Refrain} Allons serr' tes yeux, dors min bonhomme J'vas dire eun' prière à P'tit Jésus Pou' qu'i vienne ichi, pindant tin somme, T'fair'rêver qu'j'ai les mains plein's d'écus, Pour qu'i t'apporte eun'coquille, Avec du chirop qui guile Tout l'long d'tin minton, Te poulèqu'ras tros heur's de long !... {au Refrain} L'mos qui vient, d'Saint'Nicolas ch'est l'fête Pour sûr, au soir, i viendra t'trouver It' f'ra un sermon, et t'laich'ra mette In d'zous du ballot, un grand painnier. I l'rimplira, si tes sache, D'séquois qui t'rindront bénache, San cha, sin baudet T'invoira un grand martinet {au Refrain} Ni les marionnettes, ni l'pain n'épice N'ont produit d'effet. Mais l'martinet A vit' rappajé l' petit Narcisse, Qui craignot d'vir arriver l'baudet Il a dit s'canchon dormoire... S'mèr' l'a mis dins s'n ochennoire : A r'pris sin coussin, Et répété vingt fos che r'frain. {au Refrain}
Signaler la vidéo

À ne pas manquer