Etoffe tissée avec la soie d’un million d’araignées

24c1l
Cette tapisserie jaune-dorée, exposée au Musée d’histoire naturelle de New York, est absolument exceptionnelle : elle a été tissée avec la soie de plus d’un million d’araignées (1 063 000 pour être exact). La technique permettant de tisser une telle étoffe est une technique ancestrale originaire de Madagascar qui avait disparu à la fin du dix-neuvième siècle. À cela rien d’étonnant, car les difficultés d’un tel tissage sont innombrables. D’abord, il faut attraper un nombre gigantesque d’un certain type d’araignées (Nephila Madasgascariensis), car elles produisent chacune une très petite quantité de cette soie dorée : 14 000 araignées sont nécessaires pour obtenir une once (28 grammes) de soie. De plus, les araignées en captivité ont tendance à se manger entre elles, il faut donc soit les conserver très peu de temps avant de les relâcher, soit les garder séparées. Autre problème majeur, le recrutement de main d’œuvre, car ces araignées piquent les personnes chargées de les manipuler pour récupérer la soie. Et enfin, il y a la question du tissage. Il faut 96 filaments d’araignées pour faire un seul fil qui va être tissé. La création de ce tissu a nécessité un travail titanesque. Au final, pour produire cette étoffe de 3,3 mètres sur 1,2 mètres (11 pieds x 4 pieds), il aura fallu 4 ans. Le résultat est un matériau à la fois très légèr et très résistant : la soie d’araignée est plus résistante que le Kevlar ou l’acier, mais elle est aussi plus légère et élastique. L’étoffe exposée au Musée d’histoire naturelle de New York est un spécimen unique au monde.