HERBIE HANCOCK - ROCKIT - 1983

ibex
Herbert "Herbie" Jeffrey Hancock (né le 12 avril 1940) est un pianiste de jazz et compositeur originaire de Chicago, aux États-Unis. Il est l'un des pianistes et compositeurs de jazz les plus importants et influents. Il a mêlé au jazz des éléments de soul, de rock, de funk, de disco et de hip-hop. Herbie Hancock a joué avec de nombreux grands jazzmen dans les années 1960 et a rejoint le Miles Davis quintet, dans lequel il a redéfini le rôle de la section rythmique. Il a également été un des premiers à utiliser les synthétiseurs et le scratch. Malgré ses expérimentations, la musique d'Herbie Hancock est restée mélodique et accessible, rencontrant parfois des succès commerciaux importants, avec en particuliers les morceaux Cantaloupe Island, Watermelon Man, Chameleon et Rock it.

Comme de nombreux pianistes de jazz, Hancock a eu une éducation musicale classique dès l'âge de 7 ans. Très précoce, il joue le premier mouvement du Concerto No. 5 en ré majeur de Mozart à 11 ans à un concert pour jeunes avec le Chicago Symphony.

Durant son adolescence, Hancock n'a pas de professeur de jazz mais découvre cette musique grâce aux enregistrements de Oscar Peterson et de George Shearing. Il écoute également d'autres pianistes comme McCoy Tyner, Wynton Kelly et Bill Evans et étudie les pièces de Miles Davis, John Coltrane et Lee Morgan.

Après avoir étudié la composition musicale pendant 3 ans et demi au Grinnell College, il est engagé par Donald Byrd en 1961. Il finira plus tard ses études de musique à Grinnel en "electrical engineering" et musique en 1971. Le pianiste se fait rapidement une réputation et joue notamment avec Oliver Nelson et Phil Woods. Il enregistre son premier album solo Takin' Off pour Blue Note en 1962 avec notamment le saxo ténor Dexter Gordon et le trompettiste Freddie Hubbard. Le morceau Watermelon man offrira un hit à Mongo Santamaria mais l'album est surtout remarqué par Miles Davis qui monte à ce moment un nouveau groupe.

Hancock rejoint en 1963 le second grand quintet de Miles Davis, composé de nouveaux talents. La section rythmique est composée du bassiste Ron Carter, du batteur de 17 ans Tony Williams et de Hancock au piano. Après George Coleman et Sam Rivers, le quintet se stabilisera avec Wayne Shorter au saxophone ténor. Le quintet est considéré comme un des plus grands ensemble de jazz, dont la section rythmique a été louée pour ses innovations[réf. nécessaire].

Ce groupe permet à Hancock de trouver son style, et popularise de nouveaux accords auparavant peu utilisés. Il développe également son talent pour l'accompagnement, qu'il joue de manière très contrastée (voir notamment les versions live de My Funny Valentine). Avec la section rythmique, il développe des rythmes extrêmement complexes autour de la mélodie et des accords.

À la fin de la seconde moitié des années 1960, leur approche devient si sophistiquée et originale qu'il devient difficile de repérer les changements d'accord. Leur concept d'improvisation sera appelée "Time, No Changes".

Alors qu'il est dans le groupe de Davis, Hancock enregistre également dans une douzaine de sessions pour le label Blue note, à la fois sous son nom et en accompagnant d'autres musiciens comme Wayne Shorter, Tony Williams, Grant Green, Bobby Hutcherson, Sam Rivers, Donald Byrd, Kenny Dorham, Hank Mobley, Lee Morgan and Freddie Hubbard.

Ses albums Empyreans Isles (1964) et Maiden voyage (1965) font parti des LPs de jazz les plus influents des années 1960, gagnant des prix pour leur innovation et leur accessibilité. La chanson titre de Maiden Voyage deviendra un standard de jazz et sera repris par le groupe US3 dans le hit "Cantaloupe Island". Empyrean Isles comprenait la section rythmique de Davis ainsi que Freddie Hubbard à la trompette, alors que George Coleman participa à Maiden Voyage.

Hancock sort également à l'époque des albums moins connu mais néanmoins acclamé avec des groupes plus importants, comme My Point of View (1963), Speak Like A Child (1968) et The Prisoner (1969).

L'album Inventions and Dimensions est presque entièrement composé de musique improvisée, et comprend le bassiste Paul Chambers et les percussionnistes Willie Bobo et Osvaldo Martinez.

A cette même période, Hancock compose la bande originale du film Blow-Up de Michelangelo Antonioni qui est la première des nombreuses BO qu'il composera dans sa carrière.

Miles Davis incorpore des éléments du rock et de la musique populaire dans ses compositions peu de temps avant que Hancock quitte le groupe. Malgré une réticence initiale, Hancock joue sur un clavier électronique (notamment le Fender Rhodes) sur l'insistance de Davis. Il s'adapte rapidement à cet instrument qui jouera un rôle dans ses tentatives artistiques ultérieures.

A l'été 1968, Hancock quitte le groupe pour former son propre sextet, bien qu'il ait été formellement renvoyé sous le prétexte qu'il aurait été trop tardif à rentrer d'une lune de miel au Brésil. Malgré son départ, Hancock continuera a apparaître aux cotés de Miles Davis notamment dans In a Silent Way, A Tribute to Jack Johnson et On the corner.

Hancock quitte Blue Note en 1969 et signe chez Warner Brothers. La même année, il compose la BO de l'émission télévisuelle de Bill Cosby appelée Fat Albert. L'album, plus proche du R&B Fat Albert Rotunda contient notamment la chanson "Tell Me A Bedtime Story" qui sera retravaillée pour sonner plus électronique pour l'album Sounds...and Stuff Like That de Quincy Jones.

Hancock se fascine pour des gadgets musicaux et sous l'influence du Bitches Brew de Davis, il sort plusieurs albums où il mélange les instruments électroniques et acoustiques.

La première excursion de Hancock dans l'électronique commence par un sextet composé du batteur Billy Hart, du bassiste Buster Williams et des cuivres Eddie Henderson (trompette), Julian Priester (trombone), et Bennie Maupin auxquels on peut ajouter Dr. Patrick Gleeson qui s'occupait des synthétiseurs. Le sextet sort trois albums expérimentaux sous le nom de Hancock, Mwandishi (1971), Crossings (1972) et Sextant (1973). Deux autres, Realization et Inside Out avec à peu près les mêmes musiciens, sortent sous le nom de Henderson. Tous ces albums contiennent des improvisations très libres et sont influencés par la musique électronique mais aussi les compositeurs de musique contemporaine.

Patrick Gleeson, a prétendu avoir eu l'idée d'utiliser le son des synthétiseurs sur du jazz et s'être battu pour que ce soit accepté par le groupe. Crossings sorti en 1972 est l'un des premiers albums jazz/fusion à comporter des synthétiseurs (avec Weather Report et leur album I sing the Body Electric). Le synthétiseur est d'avantage utilisé pour créer des effets d'atmosphère que comme un instrument mélodique.

Les albums de cette période deviendront connus sous le nom des albums Mwandishi, du nom Swahili que Hancock utilisa à cette période. Sextant est certainement le plus expérimental notamment par l'usage des synthétiseurs ARP et des improvisations très innovantes. Le morceau "Hornets" sera repris par Hancock sur son album Future2Future sous le nom de "Virtual Hornets".

Parmi les instruments de Hancock et Gleeson, on peut noter le Fender Rhodes, le Clavinet, l'ARP Odyssey, l'ARP Pro-Soloist Synthesizer et le Minimoog. Hancock est aussi l'un des premiers musiciens importants à s'être servi d'un ordinateur Apple pour composer de la musique au début des années 1980
Après ses albums expérimentaux, Hancock souhaite revenir à une musique plus accessible et plus funky. Ce choix aurait été motivé par les faibles ventes de ses précédents albums, par le constat que le grand public ne comprenait pas la musique d'avant-garde ainsi que par son amour du funk et notamment de Sly Stone.

Il rassemble un nouveau groupe qu'il appelle The Headhunters. Il ne garde que Bennie Maupin de son sextet mais recrute le bassiste Paul Jackson, le percussionniste Bill Summers, et le batteur Harvey Mason. Leur premier album Headhunters sorti en 1973 rencontre un succès commercial très important bien qu'il est critiqué par certains fans de jazz. L'album est aujourd'hui loué pour son énergie et sa fraîcheur et a son influence sur le jazz et le funk ainsi que sur la soul et le hip-hop.

Après le remplacement de Mason par Mike Clark, le groupe sort l'album Thrust l'année suivante qui est presque aussi bien reçu que le précedent sans rencontrer le même succès commercial. Le groupe sortira un autre album bien accueilli, Survival of the Fittest mais sans Hancock. Le groupe se reforma en 1998 avec Hancock pour Return of the Headhunters et continuera de jouer et d'enregistrer sans lui.

Hancock quant à lui se tourne vers du Jazz - Funk à l'état pur auxquels participent certains membre de The Headhunters ainsi que d'autres musiciens et sort notamment les albums Man-Child (1975) et Secrets (1976).

Durant les années 1970 et le début des années 1980, Hancock joue avec son quintet V.S.O.P. qui comprend les membres du quintet de Miles Davis des années 1960 à l'exception de Davis lui même remplacé par le trompettiste Freddie Hubbard. Malgré les rumeurs et les espoirs de l'époque, Miles Davis ne reformera jamais son groupe mythique. VSOP enregistre plusieurs albums live au Japon à la fin des années 1970 dont VSOP (1976) et VSOP: The Quintet (1977).

En 1978, Hancock enregistre un duo avec Chick Corea qui l'avait remplacé dans le groupe de Miles Davis une décennie plus tôt. Il enregistre également un album solo acoustique de piano sobrement intitulé The Piano qui ne sort initialement comme beaucoup de ses albums à l'époque, qu'au Japon. On peut également citer de cette période les albums Dedication (1974), VSOP: Tempest at the Colosseum (1977) et Direct Step (1978)

De 1978 à 1982, Hancock enregistre de nombreux albums jazz marqué par la musique pop et disco, avec Sunlight sur lequel jouent les musiciens Tony Williams et Jaco Pastorius. Il obtient un tube en Angleterre avec le titre "I Thought It Was You" sur lequel il chante à travers un Vocoder qui ne convainct pas les critiques.

Il continue avec le vocoder avec Feets, Don't Fail Me Now qui lui offre un autre tube "You Bet Your Love". Ses albums suivant Monster (1980), Magic Windows (1981), et Lite Me Up (1982) font partie des ses albums les moins bien accueillis par la critique et par marché, à l'époque saturé de ces hybrides pop-jazz, notamment ceux de son ancien collègue Freddie Hubbard. Hancock lui même a un rôle limité dans ces albums, laissant le chant, la composition et parfois la production à d'autres. Le seul album de cette période acclamé par la critique est l'instrumental Mr Hands (1980) auquel participe le bassiste Jaco Pastorius. Cet album combine de très nombreux styles comme la disco instrumentale, le latin-jazz , et un morceau électronique joué par Hancock seul à l'aide d'ordinateurs.

En 1983, Hancock rencontre un énorme succès avec son tube "Rockit" de l'album Future Shock qui gagne un Grammy-award. C'est la première chanson grand public qui comprend du scratch, en l'occurrence un scratch de Grandmaster DST. Le clip vidéo qui comprend un robot faisant du breakdance est également un succès important et remporte 5 récompenses aux MTV Video Music Awards. Le clip fait également parler de lui quand on apprend que la présence minimale de Hancock dans le clip était du à la réticence de MTV de montrer des musiciens noirs.

Le single inaugure une collaboration avec le bassiste et producteur Bill Laswell. Hancock expérimente dans la musique électronique avec une série d'albums produits par Laswell: Future Shock (1983), Sound-System (1984) et Perfect Machine. Malgré leurs succès commerciaux, ces albums sont extrêmement critiqués et certains prétendent que la participation de Hancock n'a été que mineur par rapport à l'influence de Bill Laswell

Durant cette période, il joue à la cérémonie des Grammy awards avec Stevie Wonder, Howard Jones, et Thomas Dolby dans un celèbre jam de synthétiseur.

Un de ses albums méconnu des années 1980 est son album live Jazz Africa qu'il enregistre avec le joueur de kora gambien Foday Musa Suso. Hancock trouve également le temps d'enregistrer des morceaux de jazz plus traditionnels.

Il tourne avec Tony Williams et Ron Carter en 1981 et enregistre Herbie Hancock Trio, un album de 5 morceaux qui sort au Japon. Un mois plus tard, il enregistre Herbie Hancock Quartet avec Wynton Marsalis qui sort l'année suivante aux États-Unis.

En 1985, il participe à l'album Sun City contre l'Apartheid à l'initiative de Steven van Zandt. En 1986, Hancock joue dans le film Round Midnight dont il écrit également la bande orignale pour laquelle il gagne un Academy Award. Il écrit également la musique de publicités télévisuelles.

A la fin de la tournée Perfect Machine, il décide de quitter Columbia Records après 15 ans.

En juin 2005, presque la moitié de ses enregistrements de Columbia ont été remasterisés. Des enregistrements qui n'étaient initialement sortis qu'au Japon ont également été diffusés dans d'autres pays.

Après son départ de Columbia, Hancock fait une pause qui s'interrompt avec la mort de son mentor Miles Davis en 1991. En 1994, il sort l' album A Tribute To Miles en son hommage avec ses amis et admirateurs de Davis Ron Carter, Tony Williams, Wayne Shorter et Wallace Roney. L'album contient deux enregistrements live et studio qui reprennent des classiques de Davis avec Roney jouant la partie de trompette du maître. Ils remportent un Grammy comme meilleur groupe.

L'album suivant Dis Is Da Drum sort en 1994 et marque son retour à l'acid jazz. Il sort l'année suivante avec d'autres stars du jazz dont John Scofield, Jack DeJohnette et Michael Brecker l'album The New Standard composé de reprises de chansons populaires d'artistes comme Nirvana, Stevie Wonder, The Beatles, Prince et Peter Gabriel.


Herbie Hancock et Quincy Jones.Il rencontre à nouveau le succès en 1997 en duo avec Wayne Shorter avec l'album 1 & 1 dont la chanson "Aung San Suu Kyi" remporte un grammy Award comme meilleur composition instrumentale. Le succès continue l'année suivante avec son album Gershwin's World où il revisite de manière inventive les standards de George et Ira Gershwin avec la participation de Stevie Wonder, Joni Mitchell et Wayne Shorter. En 2001, Hancock enregistre Future2Future avec Bill Laswell et Rob Swift de X-Ecutioners. Hancock tourne avec ce groupe et sort un DVD live hommage à Davis et John Coltrane enregistré à Toronto et appelé Directions in Music: Live At Massey Hall.

En 2005, il sort un album de reprises en duo Possibilities avec la participation de Carlos Santana, Angélique Kidjo, Paul Simon, Annie Lennox, John Mayer, Christina Aguilera et Sting. La même année, il tourne en Europe avec un nouveau quartet composé notamment du guitariste béninois Lionel Loueke avec qui il explore la musique africaine et l'ambient. Enfin toujours la même année, il reforme le groupe Headhunters pour une tournée.

En 2006, Sony BMG Music Entertainment qui a racheté Columbian l'ancien label de Hancock, sort la restrospective The Essential Herbie Hancock qui est la première a rassembler ses œuvres sorties sur Warner Brothers, Blue Note Records, Columbia et Verve/Polygram.

3 515 vues 7 ans
hip, funk, school
6 commentaires
Publier
Zapshaker  — Il y a 5 ans

Héhé, délire, un classique surtout en version LP / Maxi !

djezar  — Il y a 5 ans

inoubliable et le fim qui va avec...........le flic de beverly hills

-ASPET-  — Il y a 5 ans

génial ,vraiment le top 1983 , 11 ans a l'époque , mais un de mes meilleurs 45 tours !!!!!!!! merci a vous !!!!!!