FERHAT / MXALLAFENT ( l'école )

4fqw3
Le Mouvement culturel berbère

En 1995, il renoue avec la politique à travers la création du MCB coordination nationale durant le boycott scolaire en Kabylie, en mars 1995, le clan présidentiel contacte Ferhat Mehenni, suite à l'enlèvement de Lounès Matoub, afin de négocier la reprise des cours : « Le général Betchine tenait à mettre fin au boycottage afin de s'assurer de la participation de la Kabylie aux élections présidentielle de 1995 ». En échange de concessions symboliques (création d'un Haut Conseil à l'amazighité chargé de « réhabiliter la culture berbère » et d'introduire la langue berbère dans les médias et l'enseignement », le régime obtient de Ferhat Mehenni qu'il appelle la Kabylie à mettre fin à la « grève des cartables ». Après avoir tenté, sans succès, de convaincre les animateurs du MCB-commissions nationales (tendance du Mouvement culturel berbère proche du FFS de Hocine Aït-Ahmed) de le suivre dans sa démarche, Mehenni annonce au journal télévisé qu'il vient de signer un accord avec le gouvernement et appelle les élèves de Kabylie à reprendre les cours. Mais la population, dont la revendication principale reste que le tamazight (langue berbère) soit reconnu comme une langue nationale et officielle, refuse l'accord passé entre le régime et Mehenni et accuse ce dernier de trahison.

Au mois de mai 1997, il démissionne du RCD pour cause de trahison envers les berbères, dit-il, explicitant : « Said Saadi a bien trahi la berbérité et la démocratie. II forme des gens contre les démocrates en général et le FFS en particulier ». En 1998, il sort un CD chez Izli intitulé : « Chants du feu et de l'eau ». Et depuis l'assassinat de Matoub Lounès, il a choisi d'être hors du jeu partisan même s'il continue de s'exprimer sur les grands problèmes de la société. Après son exil volontaire en France, il revient en janvier 1999 pour « redynamiser la mouvance culturelle berbère » et monnayer - sans succès - son implication dans la campagne électorale contre des garanties d'institutionnalisation de Tamazight
Signaler la vidéo
66 vues 3 ans
kabylie, autonomie, azazga