AIT-MESLAYENE -Yemma

gyue
belle chosso d'ait meslayen a t irh'em reppi
8 597 vues 7 ans
kabyle, kabylie
2 commentaires
Publier
TarikdeLondres  — Il y a 2 ans

Le 21 décembre 2000, le chanteur kabyle des années 1970 et 1980, Aït Meslayen, décédait des suites d’une longue maladie qui a fini par avoir raison de sa lutte et de sa témérité, après 56 ans de vie partagée entre la chanson et l’exil.

De son vrai nom Benhabouche Idir, l’artiste est né le 3 novembre 1944 au village Aït Mislayen, dans la commune actuelle d’Akbil, un village dont il porta fièrement et honorablement le nom dans sa vie artistique. C’est vers la moitié des années 1960 que le jeune Idir, alors adolescent et collégien au CEM de l’ex-Michelet (Aïn El Hammam), commençait à faire étalage de son talent d’artiste devant ses camarades, admiratifs aussi bien de son style et de sa voix que de son «audace» à traiter les sujets sociaux et politiques, délicats à cette époque de la pensée unique et du règne de la peur et du déni identitaire. C’est au moment où d’autres chanteurs de sa génération, ou un peu plus jeunes, à l’instar de Lounis Aït Menguellet, Idir, Amar Sghir, Athmani et Lounes Matoub, émergeaient sur la scène artistique Kabyle, que Aït Meslayen commençait à «signer» des chefs d’œuvres qui, jusqu’à aujourd’hui encore, continuent à être d’actualité avec des thèmes que ne manquent pas de porter aussi bien l’ancienne génération que la jeunesse, avide de liberté et de justice. Avec des textes percutants, choisis du terroir de la région d’Aïn El Hammam avec ses célèbres troubadours et poètes tels Si M’hend Oumhend et, surtout, Cheikh Mohand Oulhoucine, Aït Meslayen traitait déjà des sujets de l’amour, de la séparation et de l’exil ; des problèmes dont la société Kabyle, en particulier, conservatrice à souhait, souffrait encore en cette période post-indépendance. Il touchera, aussi, aux problèmes sociopolitiques qui avaient trait au pays, à ses injustices et à sa gouvernance, comme dans Thafunasth Igujilen (la vache des orphelins) ou dans El haq yemmuth dhelbatal ig zedhghen thamurth (la justice est morte dans le pays et c’est l’injustice qui y a élu domicile). Il rendra aussi hommage aux femmes et à leurs souffrances dans la solitude et l’abandon, ainsi qu’aux parents et la douleur due à leur perte, notamment dans la célèbre chanson El Muth thaghedarth thebwidh yemma (ô traîtresse mort qui m’a ravie ma mère !!) comme pour reprendre l’adage Kabyle prêtant au bon Dieu que « celui à qui il ravi le père, il ne lui a rien fait, mais celui à qui il prend la mère, il ne lui a rien laissé ». Son répertoire est riche de plus d’une trentaine de chansons, toutes aussi belles, par leur style, qu’instructives et révélatrices par leurs messages, car porteuses d’amour, de tolérance et de mobilisation autour des idéaux auxquels aspire toute la société, tout en mettant en garde contre «le chant des sirènes». Des textes qu’il a lui-même composé ou appartenant à d’autres «poètes» de la région qui ne pouvaient pas « assumer », à l’époque, leur statut d’artiste à cause des pesanteurs sociales Kabyles et des tabous. Aït Meslayen décède, après une longue maladie, le 21 décembre 2000. Il est enterré dans son village natal, Aït Mislayene, dans la commune d’Akbil, juste au bas du mausolée de la sainte Yemma Thaguentourth dont l’association culturelle et sportive du village porte le nom et qui avait l’habitude, jusqu’en 2009, de lui rendre hommage à chaque commémoration. Et depuis… plus rien, et l’artiste risque de sombrer dans l’oubli, lui qui, durant toute sa vie artistique, ne cessait de mettre en garde les siens contre l’oubli et la perte de leurs valeurs et de leurs repères, au risque de se voir souiller leur honneur. Mais si seulement Aït Meslayen savait ce qui en est advenu…
A wid Yerran Ezman Ik A yajenwi; A ken tekki alama tebdhedh s ighes.
A wi d yerran Aamirouch ad iwali; Ahmed Oumeri ennif di toudar ikes.
Thamurth toughal i lafhal dhilili; Ma thid yali wawal ath naazel wahdes.
Mmuthen akw yergazen ghur netchekthi; negwrad nekwni ur neddir ur nemourdhes.

Nassim Zerouki.

La Dépêche de Kabylie.

ahcenepantin  — Il y a 7 ans

C'est vraiment la plus belle chanson pour ressentir les douleurs d'un orphelin.
Grand Hommage à toi AIT MESSLAYENE.