11 - Les phenix

9nic

Ça fait tellement longtemps que j’ai r’plié mes ailes
Je n’sais même pas si je pourrais m’envoler
Ça fait tellement longtemps que mes incandescences
Ne m’ont pas embrasé les sens

J’attendrai que tu souffles sur mes cendres
Pour que monte au ciel mes belles escarbilles
J’attendrai que tu ravives mes braises
Avec les flammes de ton corps
Et nous brûlerons ensemble
Tels des phoenix enlacés
L’encens de notre destinée
Perçant la nuit comme des flèches
A la recherche de nos cœurs
Que nous transpercerons
Sûrement un jour ou l’autre
C’est ainsi que finissent toujours
Les cœurs qui dansent
A trop grande cadence
A trop grande carence

Puis surgissent les orages, les nuages
Et les pluies salées qui viennent éteindre les feux sacrés
Et chacun glisse seul dans la boue
Sur son versant de la montagne
En contemplant des paysages, des jardins enchantés
Qui ressemblent à ceux de son passé
Avant qu’ils ne se soient fanés
Et chacun rêve de s’envoler
A la recherche d’un autre cœur
Qui se fera transpercer
Sûrement un jour ou l’autre
C’est ainsi que finissent toujours
Les cœurs qui dansent
A trop grande cadence
A trop grande carence















On voudrait s’envoler, on voudrait roucouler,
recouler comme l’eau vive qui sourdait fraîche à la source.
Exploser en chamades, hurler des sérénades,
par pitié palpiter, crépiter, juste exister.
Eclater, s’embrasser !
Exister, s’embraser !
Se consommer, consumer,
et puis renaître au creux d’un âtre, renaître au creux d’un autre.
Sûrement un jour ou l’autre
C’est ainsi que finissent toujours
Les cœurs qui dansent
A trop grande cadence
A trop grande carence


J’attendrai que tu souffles sur mes cendres
Pour que monte au ciel mes belles escarbilles
J’attendrai que tu ravives mes braises
Avec les flammes de ton corps




153 vues 8 ans
montagne, ciel, son, nuit, jour, sens, glisse, ailes, ballade, grande, balade, recherche, reve, jardins, romantique, nuages, seul, cendres, belles, aymeric